Ego trip

Ma photo

Aline Isoz officie en tant qu’experte en transformation numérique auprès des entreprises et institutions romandes. Titulaire d’un Bachelor en Communication, Marketing et Relations publiques, elle a commencé sa carrière dans le monde des agences publicitaires comme indépendante, puis a successivement occupé les postes de Directrice de création et de Directrice des stratégies digitales en Suisse romande, avant d’ouvrir sa propre agence en gestion de marques et branding, Blackswan et alineisoz.ch, un service d'accompagnement à la transformation digitale des RH, notamment. 

Nominée en 2015 pour le prix de la « Femme digitale de l’année » au Meilleur du Web, Aline Isoz a mis sur pied une délégation suisse de femmes actives dans le numérique invitée à la Journée de la femme digitale à Paris en mars 2016 ; elle consacre depuis une série de portraits aux femmes suisses du numérique dans Le Temps, après avoir tenu pendant 5 ans une chronique dans le magazine Bilan.

Membre de l’ACAD, elle intervient régulièrement dans le cadre de conférences ou d’ateliers thématiques auprès de décideurs, d’administrateurs de société et commente également les enjeux liés au numérique dans les médias en tant qu’experte. 

En 2016, elle est devenue membre du comité du Cercle suisse des administratrices, membre d’une commission pour Vigiswiss et a rejoint le conseil consultatif de la société aequivalent, de même que le conseil d’administration de la société Globaz SA.

De nationalité suisse, Aline Isoz parle français, allemand et anglais et elle a suivi des formations sur le Business Model Canvas Generation, sur l’intelligence économique et la veille stratégique, ainsi que sur les ressources humaines. 

samedi 9 juillet 2011

Vous connaissez la chanson?

Une petite découverte que j'avais envie de vous faire partager, parce qu'il y a des petites choses qui embellissent la vie et que, quand c'est le cas, on a envie de les transmettre...

Je ne sais pas d'où vous me lisez (évitez le "depuis chez moi" humoristique, je le faisais quand vous portiez encore des couches-culottes...), mais ici, en Suisse, on a une entité radio-télévision qui diffuse d'excellents programmes (globalement). Pour ma part, j'écoute - et c'est d'une banalité affligeante - la radio dans ma voiture en allant au travail. Oui, j'ai un travail, étonnant, non? Toujours est-il que je zappe régulièrement entre les diverses chaînes proposées afin de trouver quelque chose capable de retenir mon attention et, si possible, sans spots publicitaires ou animateur neurasthénique, ou pire encore, choix musicaux d'outre-tombe.

Or, voici deux fois qu'à des heures qui ne sont pas mes moments habituels, je tombe sur une émission résolument inspirante et passionnante: "On connaît la chanson". Le principe est simple, parler de cinéma à travers les musiques de film qui ont marqué les esprits... et le 7ème art. Je vous le dis tout de suite: je ne suis pas payée par la chaîne en question, mais pour une fois, je vais faire un coup de pub. Vous savez pourquoi? Parce qu'après avoir écouté l'émission d'aujourd'hui, j'ai dévalisé un site de vente (dont le nom commence par A et finit par mazon) de dvd et autres babioles, bien connu du grand public. Et figurez-vous que ça m'a rappelé l'époque où je filais m'acheter un cd après avoir regardé le Top 50 (c'est vieux, hein?).

Alors merci à Messieurs Philippe Congiusti et Mathias Bronnimann de m'avoir donné envie de voir ou revoir certains chefs-d'oeuvre grâce à leur talent. Messieurs, mes respects... et mes remerciements.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire