Ego trip

Ma photo

Aline Isoz officie en tant qu’experte en transformation numérique auprès des entreprises et institutions romandes. Titulaire d’un Bachelor en Communication, Marketing et Relations publiques, elle a commencé sa carrière dans le monde des agences publicitaires comme indépendante, puis a successivement occupé les postes de Directrice de création et de Directrice des stratégies digitales en Suisse romande, avant d’ouvrir sa propre agence en gestion de marques et branding, Blackswan et alineisoz.ch, un service d'accompagnement à la transformation digitale des RH, notamment. 

Nominée en 2015 pour le prix de la « Femme digitale de l’année » au Meilleur du Web, Aline Isoz a mis sur pied une délégation suisse de femmes actives dans le numérique invitée à la Journée de la femme digitale à Paris en mars 2016 ; elle consacre depuis une série de portraits aux femmes suisses du numérique dans Le Temps, après avoir tenu pendant 5 ans une chronique dans le magazine Bilan.

Membre de l’ACAD, elle intervient régulièrement dans le cadre de conférences ou d’ateliers thématiques auprès de décideurs, d’administrateurs de société et commente également les enjeux liés au numérique dans les médias en tant qu’experte. 

En 2016, elle est devenue membre du comité du Cercle suisse des administratrices, membre d’une commission pour Vigiswiss et a rejoint le conseil consultatif de la société aequivalent, de même que le conseil d’administration de la société Globaz SA.

De nationalité suisse, Aline Isoz parle français, allemand et anglais et elle a suivi des formations sur le Business Model Canvas Generation, sur l’intelligence économique et la veille stratégique, ainsi que sur les ressources humaines. 

dimanche 12 juin 2011

Viser le ciel...

Une phrase qui m'a été dite par Monsieur Bertrand Piccard lors d'une rencontre: "il faut viser les étoiles pour atteindre la cime des arbres" et il sait de quoi il parle, le bonhomme. Ca tombe bien, j'ai toujours eu la tête dans les étoiles, une sorte de Petit Prince au féminin, un peu décalé, toujours émerveillé. Avec mes enfants, c'est pareil. J'essaie de leur apprendre que rien n'est impossible, que les rêves sont non seulement une nécessité à la vie, mais en constituent même le moteur.



Certains qualifient cela d'ambition, je ne partage pas cet avis, sauf s'il s'agit d'être ambitieux avec sa propre vie, de faire ce en quoi l'on croit. Et je pense qu'on rencontre des personnes qui oeuvrent comme des guides sur ce cheminement. Modiano a écrit : "il est des êtres qui se tiennent en sentinelle à chaque carrefour de notre vie", et c'est vrai. J'ai fait des rencontres qui m'ont permis de comprendre que j'étais sur un chemin qui n'était pas le mien et ai retrouvé ceux qui m'indiquaient que j'étais à nouveau sur la seule bonne voie: la mienne.



Pourquoi j'aborde ce sujet-là ce soir? Parce que j'ai récité à mes filles un poème qui me vient de mon grand-père et qui parle d'un homme habitant sur la lune. Elles n'ont pas attendu très longtemps avant de me demander si elles pourraient aller sur la lune, un jour. Bien sûr, qu'elles peuvent y aller, c'est ce que je leur ai dit. Simplement, il faudrait qu'elles fassent de longues études, mais c'était tout à fait possible. Elles ont ensuite voulu savoir si je pourrais les accompagner. C'est leur rêve, pas le mien, je n'ai rien à faire dans ce projet, leur projet. Comme tous leurs autres projets. Ce que je trouve de plus fascinant dans le rôle de parent? Avoir le privilège d'accompagner un individu dans la réalisation de ses rêves, le stimuler, l'aider à découvrir tout son potentiel, lui faire voir tout ce qu'il recèle de particulier, d'unique, de merveilleux.

"Le bonheur, c'est de continuer à désirer ce que l'on possède"

La contre-partie? Avoir soi-même la capacité de rêver, connaître son propre potentiel et voir dans chaque seconde, chaque rencontre une opportunité, un cadeau de la vie. Je l'admets, je suis de très bonne humeur, ce soir. Je m'estime chanceuse: je travaille sans avoir l'impression de le faire, j'ai des enfants qui m'enseignent de nouvelles choses à chaque fois, je fréquente des gens exceptionnels avec lesquels je partage le meilleur de la vie, je découvre des auteurs qui nourrissent mon imaginaire, et croyez-moi, le plus dur c'est de savoir quoi en faire. Je crois que je le sais déjà...


1 commentaire:

  1. Je viens de tomber sur une autre citation pas mal : "Il faut viser la Lune car meme en cas d'echec on atterri dans les etoiles"
    Oscar W.

    RépondreSupprimer