Ego trip

Ma photo

Aline Isoz officie en tant qu’experte en transformation numérique auprès des entreprises et institutions romandes. Titulaire d’un Bachelor en Communication, Marketing et Relations publiques, elle a commencé sa carrière dans le monde des agences publicitaires comme indépendante, puis a successivement occupé les postes de Directrice de création et de Directrice des stratégies digitales en Suisse romande, avant d’ouvrir sa propre agence en gestion de marques et branding, Blackswan et alineisoz.ch, un service d'accompagnement à la transformation digitale des RH, notamment. 

Nominée en 2015 pour le prix de la « Femme digitale de l’année » au Meilleur du Web, Aline Isoz a mis sur pied une délégation suisse de femmes actives dans le numérique invitée à la Journée de la femme digitale à Paris en mars 2016 ; elle consacre depuis une série de portraits aux femmes suisses du numérique dans Le Temps, après avoir tenu pendant 5 ans une chronique dans le magazine Bilan.

Membre de l’ACAD, elle intervient régulièrement dans le cadre de conférences ou d’ateliers thématiques auprès de décideurs, d’administrateurs de société et commente également les enjeux liés au numérique dans les médias en tant qu’experte. 

En 2016, elle est devenue membre du comité du Cercle suisse des administratrices, membre d’une commission pour Vigiswiss et a rejoint le conseil consultatif de la société aequivalent, de même que le conseil d’administration de la société Globaz SA.

De nationalité suisse, Aline Isoz parle français, allemand et anglais et elle a suivi des formations sur le Business Model Canvas Generation, sur l’intelligence économique et la veille stratégique, ainsi que sur les ressources humaines. 

lundi 7 janvier 2013

Je vous parle d'un temps

Il y a vingt ans, je connaissais une trentaine de numéros de téléphone par coeur, des dates d'anniversaire, des adresses postales.
Aujourd'hui, je connais trois numéros - les autres sont enregistrés sur mon iPhone -, Facebook me rappelle quand mes amis sont nés et plus personne ne donne son adresse postale.

Il y a vingt ans, je prenais des nouvelles des gens en les appelant, ou en leur écrivant une lettre. D'ailleurs, j'avais des correspondants.
Aujourd'hui, mon mur est plein de nouvelles de gens que je ne connais pas, je ne sais plus écrire sans correcteur d'orthographe et j'ai des "followers".

Il y a vingt ans, quand je ne savais pas quelque chose, je consultais un dictionnaire, ou mes parents, ou des proches. Et pour faire un exposé à l'école, j'allais à la bibliothèque, et je cherchais en me promenant dans des couloirs emplis de livres, épaulée par les connaissances d'une gentille dame.

Aujourd'hui, quand j'ignore quelque chose, je n'ai besoin de personne, juste de mon iPhone, de mon ordinateur. Et quand je dois présenter un sujet, je me promène virtuellement au milieu de millions de livre, et il n'y a plus de gentille dame pour me conseiller. Juste Mister Google.

Il y a vingt ans, quand je partais en vacances, je prenais des photos. Quand je rentrais de vacances, j'allais les faire développer. Certaines étaient floues, certaines bonnes. Et puis, à l'occasion, je les collais dans un album et les faisais découvrir à mes proches. 

Aujourd'hui, quand je pars en vacances, mon téléphone prend des photos. Et quand je rentre, tout le monde les a déjà vues sur Facebook. Je ne fais plus de photos floues, ou plutôt, je les efface. De toute façon, peu import qu'elles soient bonnes ou pas: je ne les colle que sur mon ordinateur. Et personne n'a envie de voir des photos sur un ordinateur.

Il y a vingt ans, je me demandais ce que je ferais dans 20 ans. Et j'espérais avoir accompli de grandes choses: écrire un livre, devenir une vedette, me marier avec Johnny Depp.

Aujourd'hui, je me demande ce que je ferai dans 20 ans. On accomplit plus que difficilement de grandes choses: écrivain rapporte moins que blogueur, la télévision a rendu le talent obsolète et Johnny Depp a quitté sa femme.

Le plus difficile, ce n'est pas la chute, c'est l'absence de wi-fi...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire