Ego trip

Ma photo

Aline Isoz officie en tant qu’experte en transformation numérique auprès des entreprises et institutions romandes. Titulaire d’un Bachelor en Communication, Marketing et Relations publiques, elle a commencé sa carrière dans le monde des agences publicitaires comme indépendante, puis a successivement occupé les postes de Directrice de création et de Directrice des stratégies digitales en Suisse romande, avant d’ouvrir sa propre agence en gestion de marques et branding, Blackswan et alineisoz.ch, un service d'accompagnement à la transformation digitale des RH, notamment. 

Nominée en 2015 pour le prix de la « Femme digitale de l’année » au Meilleur du Web, Aline Isoz a mis sur pied une délégation suisse de femmes actives dans le numérique invitée à la Journée de la femme digitale à Paris en mars 2016 ; elle consacre depuis une série de portraits aux femmes suisses du numérique dans Le Temps, après avoir tenu pendant 5 ans une chronique dans le magazine Bilan.

Membre de l’ACAD, elle intervient régulièrement dans le cadre de conférences ou d’ateliers thématiques auprès de décideurs, d’administrateurs de société et commente également les enjeux liés au numérique dans les médias en tant qu’experte. 

En 2016, elle est devenue membre du comité du Cercle suisse des administratrices, membre d’une commission pour Vigiswiss et a rejoint le conseil consultatif de la société aequivalent, de même que le conseil d’administration de la société Globaz SA.

De nationalité suisse, Aline Isoz parle français, allemand et anglais et elle a suivi des formations sur le Business Model Canvas Generation, sur l’intelligence économique et la veille stratégique, ainsi que sur les ressources humaines. 

mercredi 29 juin 2011

Drague Queen (merci Céline)

Les people!!! On en voit partout, on les observe, on les analyse, on les critique, on les adule, et désormais, grâce à facebook, on peut même devenir leur ami!

"Ami" tout relatif, évidemment, puisqu'on ne sait de leur vie que ce qu'ils veulent bien en dire et ceci avec autant d'intimité que si on recevait les confidences d'un candidat de Secret Story, mais quand même. Alors ça, c'est le premier pas: devenir ami de la star. J'ai testé pour vous, parce qu'il faut bien que quelqu'un s'y colle et soyons clairs, je ne me suis pas attaquée non plus à George Clooney, Ashton Kutsher ou une quelconque star trop éloignée de ma zone géographique. 

J'ai donc testé en devenant amie sur facebook avec une de nos stars nationale, voire internationale: Frédéric Recrosio, le sourire et le verbe dévastateurs dans un costume de velours (pas cotelé, je vous rassure, sinon c'est élimination directe). Le résultat est assez vexant puisque les 86 commentaires qui suivent chaque publication de l'humoriste rivalisent d'humour (plus ou moins pertinent), de private jokes et j'en passe.

On met la deuxième pour engager le chat direct... Déception. Le personnage affable se révèle plutôt laconique en conversation directe et le sens de l'humour est - comment dire - moins présent. Du coup, un peu refroidie, j'ai laissé tomber. Jusqu'à ce soir. 

Remarquez le regard de la star
sur votre bloggeuse préférée...
Ah, le destin, cette chose fabuleuse qui créé des opportunités bien plus trépidantes que les réseaux sociaux, mais ça, honnêtement, j'en étais déjà convaincue avant. Bref, après une fondue rassasiante au Festival de la Cité, soudain, une apparition: HIM, ZE humoriste en chair et en os, devant moi. Autant vous dire que je n'allais pas laisser passer cette occasion-là! J'ai donc abordé l'artiste grâce au blog que vous êtes en train de lire et avec toute l'honnêteté possible: je voulais une photo pour rédiger un article sur le thème de "comment draguer une célébrité". Et ça a marché, comme vous pouvez le constater (pièces à conviction 1 et 2). Finalement, les réseaux sociaux, c'est bien pour le commun des mortels, mais quand vous partez à la chasse aux étoiles, rien ne vaut le culot.




J'adoooore, je suis tellement naturelle,
une vraie femme Barbara Gould

Au fait, Frédéric, on se revoit quand?...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire