Ego trip

Ma photo

Aline Isoz officie en tant qu’experte en transformation numérique auprès des entreprises et institutions romandes. Titulaire d’un Bachelor en Communication, Marketing et Relations publiques, elle a commencé sa carrière dans le monde des agences publicitaires comme indépendante, puis a successivement occupé les postes de Directrice de création et de Directrice des stratégies digitales en Suisse romande, avant d’ouvrir sa propre agence en gestion de marques et branding, Blackswan et alineisoz.ch, un service d'accompagnement à la transformation digitale des RH, notamment. 

Nominée en 2015 pour le prix de la « Femme digitale de l’année » au Meilleur du Web, Aline Isoz a mis sur pied une délégation suisse de femmes actives dans le numérique invitée à la Journée de la femme digitale à Paris en mars 2016 ; elle consacre depuis une série de portraits aux femmes suisses du numérique dans Le Temps, après avoir tenu pendant 5 ans une chronique dans le magazine Bilan.

Membre de l’ACAD, elle intervient régulièrement dans le cadre de conférences ou d’ateliers thématiques auprès de décideurs, d’administrateurs de société et commente également les enjeux liés au numérique dans les médias en tant qu’experte. 

En 2016, elle est devenue membre du comité du Cercle suisse des administratrices, membre d’une commission pour Vigiswiss et a rejoint le conseil consultatif de la société aequivalent, de même que le conseil d’administration de la société Globaz SA.

De nationalité suisse, Aline Isoz parle français, allemand et anglais et elle a suivi des formations sur le Business Model Canvas Generation, sur l’intelligence économique et la veille stratégique, ainsi que sur les ressources humaines. 

jeudi 12 mai 2011

La Nature, plus forte que la Migros?

Ah, les enfants... leur innocence et leur naïveté me surprennent tous les jours; leur franchise aussi. Ils sont capables de vous faire des remarques bien senties (et parfaitement justifiées) sans aucun filtre social (tact, diplomatie, etc.). Cela a le mérite de vous remettre à votre place, comme quand une de mes filles, me voyant me maquiller le matin, me demandait: "pourquoi tu te maquilles?", ce à quoi je répondis: "pour être plus jolie...". Eh bien, elle m'a regardée quelques minutes et a affirmé toute étonnée: "mais... ça ne marche pas!". Vous voulez être sûr de ne jamais prendre la grosse tête? Faites des enfants, c'est une vraie leçon d'humilité...

Les enfants ont d'autres "avantages", surtout quand on travaille comme moi dans le monde de la communication. Ils vous montrent le bien (et le mal) que font certains concepts marketing, ainsi que leurs effets à moyen ou long termes (vous aurez sûrement droit à d'autres billets sur ce sujet, c'est la maman qui vous le dit). Une de mes filles a perdu une de ses dents ce matin, la deuxième de la série. Et ce soir, au moment du coucher, elle a placé sa dent sous son oreiller pour que la petite souris la lui échange contre une piécette. On en a parlé un peu, de cette fameuse souris (elles commencent à me poser des questions auxquels je n'ai pas toujours de réponse, du type: comment s'appelle le monsieur qui a inventé le feu?) et ma fille m'a demandé comment la petite souris faisait pour ramasser les dents de tous les enfants du monde. Du coup, je me suis appuyée sur ce que lui avait dit son père, à savoir qu'il y a une petite souris par pays et qu'elles collectionnent les dents des enfants. Ma fille m'a regardée et m'a dit: "comme les nanos?"...

Voilà qui a eu le mérite d'égayer ma soirée, puisqu'on s'est ensuite prises au jeu et qu'on a imaginé les bourses d'échange entre "petites souris", cherchant à compléter leur collection, voire à obtenir les super joker, des pièces rares, à ne pas en douter! Au moins, la petite souris ne débourse que 1, 2 ou 5 francs pour son nano et il n'y a aucune date limite à l'opération... Finalement, c'est bien fait: la Nature veut que tous les jours, des enfants placent leur dent sous leur coussin et qu'elle ne demande rien en échange de la fidélité de la petite souris, si ce n'est que les enfants continuent d'y croire...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire