Ego trip

Ma photo

Aline Isoz officie en tant qu’experte en transformation numérique auprès des entreprises et institutions romandes. Titulaire d’un Bachelor en Communication, Marketing et Relations publiques, elle a commencé sa carrière dans le monde des agences publicitaires comme indépendante, puis a successivement occupé les postes de Directrice de création et de Directrice des stratégies digitales en Suisse romande, avant d’ouvrir sa propre agence en gestion de marques et branding, Blackswan et alineisoz.ch, un service d'accompagnement à la transformation digitale des RH, notamment. 

Nominée en 2015 pour le prix de la « Femme digitale de l’année » au Meilleur du Web, Aline Isoz a mis sur pied une délégation suisse de femmes actives dans le numérique invitée à la Journée de la femme digitale à Paris en mars 2016 ; elle consacre depuis une série de portraits aux femmes suisses du numérique dans Le Temps, après avoir tenu pendant 5 ans une chronique dans le magazine Bilan.

Membre de l’ACAD, elle intervient régulièrement dans le cadre de conférences ou d’ateliers thématiques auprès de décideurs, d’administrateurs de société et commente également les enjeux liés au numérique dans les médias en tant qu’experte. 

En 2016, elle est devenue membre du comité du Cercle suisse des administratrices, membre d’une commission pour Vigiswiss et a rejoint le conseil consultatif de la société aequivalent, de même que le conseil d’administration de la société Globaz SA.

De nationalité suisse, Aline Isoz parle français, allemand et anglais et elle a suivi des formations sur le Business Model Canvas Generation, sur l’intelligence économique et la veille stratégique, ainsi que sur les ressources humaines. 

mercredi 4 mai 2011

Quel avenir pour mon blog...

Certes, j'ai déjà la chance d'avoir deux enfants, deux merveilleuses petites filles de 5 ans et demi. Et bizarrement, je ne me demande jamais ce qu'elles vont devenir professionnellement ou si elles se marieront un jour et assureront leur propre descendance. Je souhaite juste qu'elles deviennent des adultes épanouies et équilibrées auxquelles j'aurais réussi à transmettre des valeurs et une bonne éducation afin qu'elles puissent explorer ce qui leur semble intéressant.

En revanche, moi qui ai 36 ans et qui blogue depuis quelques temps, je me demande ce que va devenir mon espace d'expression. Ce que j'ai envie d'en faire. J'ai déjà eu le privilège incroyable de bénéficier d'une vitrine grâce à une marque qui m'a fait confiance et j'ai même pu m'exercer à la "web tv" en donnant mon style aux différents contenus. J'ai décidé de ne pas me positionner en experte de quoi que ce soit, il y a assez de blog évoquant les réseaux sociaux, le marketing, le 2.0, les infographies diverses et variées, je pense plutôt que ce qui manque aujourd'hui, ce sont des gens qui ne réagissent pas à chaque nouveau truc trendy qui émerge, mais parviennent à rester concentrés sur la finalité de tout ceci.

Actuellement en pleine lecture du "Crépuscule du devoir" (c'est pas pour faire ma crâneuse, je dois aussi m'accrocher pour tout comprendre), je réalise que rares sont les "opposants" sur la toile. On y trouve des coachs de vie, des spécialistes, des journalistes, mais je cherche encore des équivalents aux éditorialistes qui ont fait les beaux jours de la presse écrite, notamment ceux de la trempe de l'Express des débuts de JJSS, qui ne craignaient pas de prendre le contre-pied de la pensée majoritaire et de défendre leur point de vue. J'ai le sentiment que plus j'écris, plus mon clavier a des velléités révolutionnaires et il se pourrait bien qu'un jour ou l'autre, ce blog prenne des allures d'Aurore...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire